Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • : Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • : Site du comité local d'Attac France de Villeneuve d'Ascq (59) à destination des militants et sympathisants. Fondée en 1998, Attac promeut et mène des actions de tous ordres en vue de la reconquête, par les citoyens, du pouvoir que la sphère financière exerce sur tous les aspects de la vie politique, sociale, économique, environnementale et culturelle dans l’ensemble du monde. Attac est un mouvement associatif altermondialiste et d'éducation populaire reconnu par l'Etat.
  • Contact

Attac ...c'est aussi

retrouvez nous sur        Facebook

 

pour plus d'informations    contactez nous 

 

ou allez visiter le site      ATTAC France

Recherche

A noter sur vos agendas

 

Pour voir toutes les dates et informations détaillées,

Suivez le lien : 

 

L'agenda complet d'ATTAC VA 
 

 

radio ATTAC

retrouvez les émissions radio d'ATTAC Lille et d'ailleurs

Angle d'ATTAC sur Radio Campus 106,6 mhz

La loi Travail XXL de Macron-Pénicaud ! :Ses conséquences pour les salarié.e.s ; Ses liens avec les ALE samedi 16 septembre 12h à 13h

Les origines de l'écologie ! 19 aout 2107

Sociologie de Lille ! avec Fabien Desage maitre de conférences Lille 2 CERAPS 17 juin 2017

La prospérité sans croissance ! avec Jean Gadrey 20 mai 2017

Questions sur l'Europe 2ème volet  29 avril  2017

Questions sur l'Europe ! 15 avril 2017

Faut il attendre la croissance ? avec F Jany-Catrice professeur à Lille 1,18 mars 2017

 

 

 

 

 

15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 15:41

J.Gadrey2Certes, ce titre relève plus du souhait que d’une certitude. Mais la probabilité que ce projet insensé reste cloué au sol augmente de jour en jour. D’une part, les arguments des opposants montent en nombre et en qualité. D’autre part l’hostilité grandit et s’organise, ce qui peut expliquer certaines provocations de ces derniers jours, que j’évoquerai pour terminer. Et, quand bien même ce projet serait mis en œuvre, il est pratiquement certain qu’il ne décollerait pas économiquement : ce serait un beau gâchis.

Seule la mobilisation de « la base » fera la différence, car on ne peut pas compter dans l’immédiat sur la raison politique au sommet. Ni pour ce projet, ni pour l’austérité généralisée, ce qui, en passant, est une belle contradiction : la démesure dépensière pour des « grands projets inutiles ou nuisibles » au moment du tournant de la rigueur inégalitaire. La contradiction n’est d’ailleurs pas totale, car, dans les deux cas, les grandes entreprises sont à la manœuvre, avec les dividendes des actionnaires comme enjeu premier du « pacte ». Pour l’instant, ce sont elles qu’on respecte.

Il n’y a pas d’autre solution, dans un cas comme dans l’autre, que de bousculer le pouvoir politique avec des mouvements aussi « populaires » et unitaires que possible, gagnant en influence dans l’opinion. Il va falloir « leur faire entendre raison ». Et c’est bien parti s’agissant de l’AyraultPort, entre consolidation des arguments et convergence des actions, manifestations et occupations.

Les arguments d’abord. Si vous n’avez pas encore lu cette formidable lettre à F. Hollande rédigée par un de ses anciens camarades de promotion à l’ENA, Patrick Warin, ne la loupez pas. Elle est ici : http://www.bastamag.net/article2751.html

Parmi les nombreuses raisons de rejeter ce projet, on trouve l’argument de la contribution du transport aérien au réchauffement climatique, aucun mode de transport n’étant plus émetteur de gaz à effet de serre par kilomètre x passager. On a appris hier qu’en 2011 les émissions mondiales de CO2 ont augmenté de 2,5 % pour atteindre 34 milliards de tonnes, un nouveau record. Nous continuons sur la voie de la catastrophe climatique.

Or l’association Virage Énergie-Climat des Pays de la Loire a récemment en ligne des scénarios issus d’un long et patient travail dans tous les secteurs d’activité. Voir http://tinyurl.com/ajprfhs

On y trouve notamment une étude de onze pages, téléchargeable, sur le transport aérien dans cette région, avec trois scénarios : celui, officiel, de la croissance perpétuelle du trafic et ceux, proches l’un de l’autre, tenant compte des travaux du GIEC et de ceux de Virage Énergie. L’association n’analyse pas la question d’un nouvel aéroport (voir une autre étude citée dans mon billet récent http://tinyurl.com/ckq5589), mais elle dit en gros ceci : si l’on tire les conséquences politiques des travaux du GIEC et de la raréfaction relative du pétrole, le déclin du transport aérien est certain et il sera fort dans les décennies qui viennent, à Nantes comme ailleurs. Il y a bien d’autres choses pertinentes dans ce qu’a produit VEC.

kerosenenantes.jpg

Je peux en venir aux mobilisations en cours et à venir. En voici deux exemples parmi des dizaines dans toute la France, en commençant par un documentaire à faire tourner : « Notre Dame des Landes au cœur de la lutte », qui rassemble des témoignages sur les actions au quotidien contre ce projet.

LE BUZZ DE BIZI

Ensuite, mes amis de la dynamique association Bizi au pays basque, spécialistes entre autres de l’accueil « chaleureux » des personnalités politiques depuis qu’ils ont fait la fête à N. Sarkozy en mars dernier, se préparent à manifester comme ils savent le faire à l’occasion de la venue de Jean-Marc Ayrault à Biarritz le mercredi 21 novembre. Leur communiqué de presse s’intitule : « Les matraqueurs du climat ne sont pas les bienvenus au Pays Basque ! ». Extrait :

« Il faut être aveugle pour vouloir construire ce nouvel aéroport. Et ce d’autant plus que l’actuel aéroport de Nantes n’est pas saturé et qu’il ne devrait pas le devenir d’après les projections d’experts indépendants. Cela n’est pas sans nous rappeler le projet de voie nouvelle LGV Bordeaux-Hendaye, objet du même entêtement absurde…

Nous lui exprimerons également notre colère face aux premières décisions et arbitrages que son gouvernement a pris dans les domaines écologique, énergétique et climatique et dont la majorité vont dans le mauvais sens.

- refus de supprimer les niches fiscales anti-écologiques (exonération des taxes sur le kérosène par exemple), aides aux agro-carburants ;
- report de la fiscalité écologique aux calendes grecques, posant ainsi un problème insoluble de financement des alternatives (transport, logement…) devant protéger les secteurs les plus pauvres et les plus vulnérables de la population face à l’explosion programmée du prix du pétrole ;
- refus d’une politique de redistribution des richesses et de partage du travail ;
- révision du schéma national des infrastructures de transport non concertée avec les parties prenantes ;
- absence de vraie politique de développement des énergies renouvelables ;
- signature en catimini du décret autorisant la création du réacteur à fusion ITER, dangereuse chimère technologique, aussi coûteuse qu’inutile, avant même l’ouverture du fameux débat sur la transition énergétique ;
- composition inquiétante du comité de pilotage de ce débat… »

NDDL SUR LA PISTE DE L’AUTOROUTE LANGON-PAU
(communiqué commun des associations SEPANSO, FNE, LEA et Aquitaine Alternatives, extraits)

- le bilan financier 2011 de cette concession autoroutière présente un déficit énorme d’environ 35 millions d’euros, par ailleurs égal au chiffre d’affaires
- Le chiffre d’affaires 2011 s’établit à 35 millions d’euros, inférieur d’environ 30% à l’objectif indiqué dans le contrat de concession.
- Le trafic journalier moyen s’établit à 5332 véhicules/j dont 5,9% de poids lourds inférieur d’environ 40% par rapport à l’objectif initial de 7660 véhicules/j, dont 12 % de poids lourds.

Comme l’affirmaient les associations dès 2006, cette autoroute destructrice de l’environnement, et qui est l’une des plus chères de France, pourrait se révéler aussi un gouffre financier.

Ce bilan 2011, démontre que la croissance du trafic routier mise en avant pour justifier l’infrastructure n’est pas une donnée inéluctable. Comme pressenti à l’époque, la hausse du coût des carburants est un des facteurs importants qui détermine l’évolution du trafic routier.

L’autoroute A65 Langon Pau va-t-elle rejoindre la longue liste des autoroutes espagnoles en redressement judiciaire en 2012 ? Les contribuables sont en droit de se poser la question.

Dans le contrat de concession, il y a une clause de déchéance qui précise que, si le concessionnaire jette l’éponge, ce sont les collectivités qui récupéreront l’infrastructure et les dettes !

Il faut savoir également que les élus régionaux promoteurs inconditionnels de cette infrastructure au service de leur mégalomanie sont les mêmes qui prétendent aujourd’hui imposer, au nom du report modal, deux projets de LGV aussi inutiles et encore plus dévastateurs et ruineux pour les finances publiques (Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne) …

Plus d’infos sur le site: http://tinyurl.com/dyc69qa

DES PROVOCATIONS TRÈS ORIENTÉES

Les grands médias ont repris en chœur des informations visant à faire oublier tous ces mouvements éminemment pacifiques et rassembleurs au profit d’une ou deux violences individuelles n’ayant rien à voir avec les associations qui mènent les actions. C’est ce que Daniel Schneidermann a fort justement appelé la « fabrication d’épouvantails », un exercice dont le « journaliste » du Figaro Christophe Corvenin, qui s’était déjà illustré à Tarnac, est familier. Voir cette analyse, preuves à l’appui :
http://tinyurl.com/6rvj9f

UNE VICTOIRE EXEMPLAIRE AU MEXIQUE

“La blessure reste ouverte” est un documentaire mexicain de 16′ sur le projet de l’aéroport Atenco au Mexique : http://tinyurl.com/c4v2hwb (en espagnol).

Il retrace dix années d’une lutte exemplaire qui a obtenu plusieurs victoires : ils ont fait abroger le décret, publié en août 2002, qui les expropriait de leurs terres pour la construction d’un aéroport, ils ont fait sortir de la prison ceux et celles qui avaient été faits prisonniers grâce à une ordonnance de la Cour Suprême de Justice, ils ont réussi à converger avec d’autres luttes, ils se sont affrontés au président Pena Nieto. Ce n’est pas rien dans ce pays, le Mexique, tel qu’il est actuellement.

L’expérience de San Salvador Atenco, dans l’Etat de Mexico, a marqué pendant 10 ans l’histoire des résistances populaires. Ce fut une lutte victorieuse contre un aéroport qui aurait détruit les terres fertiles de la vallée de Texcoco. Quatre années après la publication du décret, les attaques se transformèrent en répression brutale en mai 2006. Puis, il y eut les militants prisonniers avec des chefs d’accusation invraisemblables, et la lutte pour leur libération. Et comme revendications permanentes la défense de l’eau, de la terre, de la vie d’un peuple.

Ne pourrait-on, en France, gagner dix ans de conflits douloureux ? F. Hollande compte-t-il continuer avec ce boulet impopulaire (je ne parle que du projet…) ? Ne pourrait-il s’inspirer sans attendre d’un autre Président, un autre François, qui s’était libéré du boulet du Larzac ?

Partager cet article

Repost 0
Published by J.G. - dans Environnement
commenter cet article

commentaires