Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • : Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • : Site du comité local d'Attac France de Villeneuve d'Ascq (59) à destination des militants et sympathisants. Fondée en 1998, Attac promeut et mène des actions de tous ordres en vue de la reconquête, par les citoyens, du pouvoir que la sphère financière exerce sur tous les aspects de la vie politique, sociale, économique, environnementale et culturelle dans l’ensemble du monde. Attac est un mouvement associatif altermondialiste et d'éducation populaire reconnu par l'Etat.
  • Contact

Attac ...c'est aussi

retrouvez nous sur        Facebook

 

pour plus d'informations    contactez nous 

 

ou allez visiter le site      ATTAC France

Recherche

A noter sur vos agendas

 

Pour voir toutes les dates et informations détaillées,

Suivez le lien : 

 

L'agenda complet d'ATTAC VA 
 

 

radio ATTAC

retrouvez les émissions radio d'ATTAC Lille et d'ailleurs

Angle d'ATTAC sur Radio Campus 106,6 mhz

Sociologie de Lille ! avec Fabien Desage maitre de conférences Lille 2 CERAPS samedi 17 juin 12h à 13 h

La prospérité sans croissance ! avec Jean Gadrey 20 mai 2017

Questions sur l'Europe 2ème volet  29 avril  2017

Questions sur l'Europe ! 15 avril 2017

Faut il attendre la croissance ? avec F Jany-Catrice professeur à Lille 1,18 mars 2017

 

 

 

 

5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 20:37

depardieu-poutine

Monsieur,

Après avoir reçu la citoyenneté russe par décision de Vladimir Poutine vous avez écrit dans une lettre du 3 janvier reproduite par la chaîne de télévision Pervyi Kanal que la « Russie était une grande démocratie ». En ajoutant : « j’aime bien la presse, mais c’est aussi très ennuyeux, car il y a trop souvent une pensée unique. »

Sans doute avez-vous de meilleurs renseignements que nous sur la question.

En effet le SNJ-CGT, avec les syndicats de journalistes membres de la FEJ (Fédération européenne des journalistes), appellent depuis des années à des poursuites efficaces contre les meurtriers de leurs collègues russes qui, justement, luttaient pour une information libre, indépendante et pluraliste.

Comme vous êtes l’ami du président de cette grande démocratie, le SNJ-CGT vous serait donc reconnaissant de bien vouloir intervenir auprès de lui pour savoir où en sont réellement les enquêtes sur les assassinats de journalistes. Plus de vingt confrères ont été tués en quelques années comme Igor Domnikov, Artiom Borovik, Iskandar Khatloni, Sergueï Novikov, Natalia Skryl, Magomedzagid Varisov, Kazbek Guekkiev, Khadjimourad Kamalov, Anna Politkovskaïa ou encore Natalia Estemirova.

Nous vous serions également reconnaissant de lui demander pourquoi les chaînes de télévision sont entièrement à sa solde, pourquoi certains de nos confrères sont emprisonnés et pourquoi des sites d’information sont régulièrement importunés dès qu’ils rendent publiques des informations dérangeantes pour votre ami et son entourage.

Compte tenu de vos (excellentes) relations avec M. Poutine, nul doute que ce président, garant de la grande démocratie qu’il dirige, vous apportera les réponses que nous attendons depuis de nombreuses années et que vous ne manquerez pas de nous les transmettre avec diligence.

Nous vous prions de croire, Monsieur, en notre attachement à la démocratie.

Montreuil, le 5 janvier 2013

Repost 0
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 08:25

 

 

L’OCDE lance aujourd’hui une nouvelle version de son indicateur novateur du vivre mieux – un outil interactif en ligne qui permet à chacun de mesurer et de comparer sa qualité de vie en dépassant le cadre classique des statistiques du PIB.
OECDLancé l’an dernier, l'indicateur du vivre mieux (voir la video en anglais) permet aux individus de comparer leur bien-être sur la base de 11 dimensions – logement, revenu, emploi, communauté, éducation, environnement, gouvernance, santé, satisfaction à l’égard de la vie, sécurité et équilibre vie professionnelle – vie privée. La nouvelle version de l’indicateur, lancée aujourd’hui dans le cadre du Forum annuel 2012 et de la Réunion ministérielle de l’OCDE, intègre des données sur le sexe et les inégalités qui viendront renforcer les thèmes existants.
Les utilisateurs de l’indicateur du vivre mieux pourront désormais comparer leurs priorités en matière de bien-être à celles des autres utilisateurs en fonction du pays, de l’âge et du sexe, et faire partager leurs résultats. Le nouvel indicateur comporte également pour la première fois des données sur la Russie et le Brésil ; il est disponible en français et peut être intégré sur des sites tiers et des blogs.
« Pour les citoyens du monde entier, l’indicateur du vivre mieux constitue une manière originale de mesurer et de comparer la qualité de vie en allant au-delà des données brutes et arides du PIB », a expliqué le Secrétaire général de l’OCDE, M. Angel Gurría. « Nous envisageons de le modifier dans les années à venir et d’en faire l’instrument privilégié de l’élaboration de politiques meilleures pour une vie meilleure ».

La nouvelle version de l’indicateur livre notamment les conclusions suivantes :

  • Quel que soit le pays, les individus classent en premier les dimensions de l’éducation, de la satisfaction à l’égard de la vie et de la santé
  • Les hommes et les femmes ne diffèrent que très peu pour ce qui est de leurs préférences et leurs aspirations
  • Plus les individus sont riches, et plus ils sont susceptibles de voter et de participer au processus démocratique ; l’écart entre les plus riches et les plus pauvres n’est toutefois pas spectaculaire
  • Riches ou pauvres, tous les individus semblent pouvoir compter sur l’aide de leurs amis
  • Si les hommes travaillent davantage et sont mieux rémunérés que les femmes, ces dernières jouissent d’une meilleure qualité de vie, vivent plus longtemps et sont plus heureuses dans la quasi-totalité des pays.
  • Les inégalités ne se mesurent pas uniquement en termes d’argent, mais transparaissent dans la totalité des autres dimensions couvertes par l’indice « Vivre mieux ».

La semaine de l’OCDE – au cours de laquelle auront lieu le Forum de l’OCDE et la Réunion ministérielle (22-24 mai à Paris) – rassemble des dirigeants du monde entier, des responsables politiques et des acteurs des pays membres de l’OCDE et des économies émergentes, et leur donne l’occasion de débattre de thèmes tels que : les nouvelles sources de croissance économique ; les emplois et les compétences ; l’égalité homme-femme ; l’augmentation du prix des denrées alimentaires et de l’énergie ; et le développement à l’échelle mondiale. Les débats qui seront menés cette année dans le cadre du Forum aborderont plus spécifiquement la possibilité de passer de l’indignation et l’inégalité à l’inclusion et l’intégrité.

  >>  Pour plus d’informations sur l’indicateur du vivre mieux :

Repost 0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 16:25

Petit rappel : Qu'est-ce que le collectif FAIR  ?

Suite à la constitution du Comité pour la mesure des performances économiques et du progrès social, dit Commission Stiglitz , les réseaux de la société civile qui ont déjà travaillé sur la question des nouveaux indicateurs de progrès « au-delà du PIB », dans une vision renouvelée de la richesse ou du développement humain durable, ont créé le collectif FAIR : forum pour d’autres indicateurs de richesse. L’IDIES, qui s’est donné pour objectif de débattre de la qualité des sources et indicateurs statistiques, soutient bien entendu ce travail de réflexion. Il a donc proposé de mettre cet espace à la libre disposition de FAIR.

FAIR, de quoi s'agit-il ?  

Offrir une vision renouvelée de la richesse ou du développement humain durable, tel est l'objectif qu'ambitionnent d'atteindre les réseaux de la société civile qui ont créé le collectif FAIR : Forum pour d’autres indicateurs de richesse.

Lire la suite...

François Hollande répond à son tour à FAIR  

Sa réponse complète est disponible dans ce billet, ainsi qu'une synthèse des trois réponses obtenues.

Lire la suite...

Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon répondent à FAIR  

Le collectif FAIR avait envoyé aux candidat-e-s à l’élection présidentielle un questionnaire (seulement cinq questions) sur son cœur de métier : la vision de la richesse et des indicateurs correspondants. Nous avons reçu la semaine dernière les réponses d’Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon, les seuls pour l’instant à avoir répondu. Merci à eux, c’est déjà une « indication ». Nous espérons toutefois encore d’autres réponses.

Lire la suite...

Adresse aux candidats et aux formations politiques  

Madame, Monsieur,

FAIR (Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesse), est une association créée en 2008 qui regroupe des citoyens, notamment responsables associatifs, entrepreneurs et chercheurs, engagés dans une réflexion sur la richesse et sur les indicateurs censés la représenter. FAIR milite en faveur de la participation citoyenne à la conception, à la mise en place et à la publication d’indicateurs adaptés aux grands enjeux sociaux et écologiques auxquels nos sociétés doivent faire face.

Vous êtes candidate ou candidat à l’élection présidentielle. En cas de succès, pour assumer votre engagement envers les Français et piloter vos réalisations, vous utiliserez des indicateurs. Nous attirons votre attention sur l’importance du choix de ces indicateurs, et nous souhaitons connaître votre position à ce sujet.

Lire la suite...

 

Et le commentaire sur ces réponses de Jean Gadrey ici sur son blog d'Alternatives Economiques

Repost 0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 06:30

La-Gazette-des-Communes.gifL'Association des régions de France (ARF) a présenté mercredi 4 avril 2012 un rapport qui propose de calculer la richesse autrement : en mesurant aussi par exemple le bien-être ou encore le taux de population adhérent à une association. L'objectif ? Permettre aux régions de se doter de nouveaux indicateurs, humains et soutenables, pour piloter le développement de leur territoire.

« Développement durable : la révolution des nouveaux indicateurs », tel est le titre d’un rapport présenté mercredi 4 avril 2012. Selon Jean-Jack Queyranne, président de la commission développement durable de l’Association des régions de France, l’objectif est de « mettre fin à la tyrannie du Produit intérieur brut ».

Dans cette optique, l’ARF avait confié à la région Nord-Pas-de-Calais la mission de construire des indicateurs alternatifs au PIB, ce thermomètre qui ne mesure que la production marchande et monétaire, et non le bien-être ou le progrès.

Compter enfin ce qui compte vraiment - Ce rapport est le fruit de deux années de travail mené avec des chercheurs du Forum pour d’autres indicateurs de richesse (FAIR), comme Jean Gadrey, soucieux de « compter enfin ce qui compte vraiment ».
L’idée consiste à permettre aux régions de se doter de nouveaux indicateurs, humains et soutenables, pour piloter le développement de leur territoire.

Mis en place en 2009, le groupe de travail, rassemblant les représentants des 22 régions de France, a été conduit par Myriam Cau, deuxième vice-présidente du conseil régional Nord-Pas-de-Calais en charge du développement durable.
Une collectivité pionnière en la matière puisque dès 2003, elle a décliné, au niveau local, les indicateurs de développement humain de l’ONU.

Sur ce modèle, trois déclinaisons régionales de grands indicateurs internationaux, jusqu’alors réservés aux Etats, ont été retenus :

  1. l’indice de développement humain (IDH-2),
  2. l’indicateur de santé sociale (ISS)
  3. et l’empreinte écologique.

22 indicateurs de contexte - Autant de boussoles permettant de se fixer pour cap un nouveau modèle de développement plus soucieux des ressources naturelles et du bien-être humain, auxquels s’ajoutent 22 indicateurs de contexte allant du taux de création d’entreprises à la qualité de l’air en passant par le taux de population adhérent à une association, et ce, afin de tenir compte des particularités locales.

Explications de Myriam Cau : « Cette batterie de nouveaux indicateurs est désormais à la disposition des régions. C’est l’occasion d’améliorer l’évaluation et d’affiner le pilotage des politiques publiques conduites par les régions. Des collectivités qui ont un rôle d’animateur des territoires à jouer en transposant, à leur tour, ces indicateurs à une échelle encore plus locale. »

La mission de ce groupe de travail ne s’arrête pas là. Prochaines étapes : promouvoir l’usage de ces nouveaux indicateurs de développement dans les débats nationaux autour des priorités de l’Etat en matière d’allocation de ressources financières aux collectivités territoriales.
Et les populariser au-delà des frontières de l’hexagone, en particulier au niveau européen afin, notamment, d’aider à une meilleure péréquation des fonds de cohésion.

Faire participer les citoyens - « Sans oublier, a insisté Jean Gadrey, de faire participer les citoyens. Cette batterie d’indicateurs n’est pas une boîte à outils clef en main. Il est essentiel que les régions organisent des débats autour de cette question des richesses fondamentales. Une question qui n’est pas technique mais fondamentalement politique : qu’est-ce qui compte le plus pour vous ? »

Enquete indicateurs ARF

Repost 0
Published by La Gazette des Communes - dans Développement humain
commenter cet article
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 06:20

La Gazette des CommunesMettre fin à la "dictature du PIB" par de nouveaux indicateurs de richesse

« Le PIB ne fait pas le bonheur » : si cet indicateur économique est pertinent pour mesurer l’accroissement de la production d’un pays, il est de plus en plus contesté pour juger de l’état de bien être d’une population. Le cap de nos sociétés est ainsi fixé en fonction d’une boussole figée sur « l’avoir ». Pour tenir compte de « l’être », de nouveaux indicateurs sont développés à l’échelle globale, et même locale.

Repost 0
Published by La Gazette des Communes - dans Développement humain
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 09:18

J.Gadrey

Blog de Jean Gadrey - Alternatives Economiques. J’ai parlé ces derniers temps de seuils et de taux de pauvreté des revenus, passons aux seuils de richesse ! À partir de quel niveau de revenus mensuels (tout compris) est-on riche en France aujourd’hui ? Manifestement, cette question autrefois peu évoquée devient d’actualité, avec une floraison de sondages récents, dont certains sont plus que douteux.

Mais ne boudons pas notre plaisir : cela fait longtemps que je plaide pour qu’on définisse et qu’on publie à la fois des seuils et taux de pauvreté et de richesse (en termes de revenus). Dans les deux cas, il faudra des conventions, et dans les deux cas, plusieurs seuils doivent être envisagés. Le fait qu’il y ait débat public et médiatisation est une bonne chose, en dépit des dérives. On devrait aussi définir des seuils salariaux (ou de revenus d’activité) individuels, j’y reviendrai en conclusion. (...) Lire la suite

Repost 0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 15:05

J.Gadrey

Je vais engager un petit débat avec mon ami Louis Maurin, l’animateur (avec d’autres) du très précieux site de référence sur les inégalités (http://www.inegalites.fr).

Il s’agit de la définition, forcément conventionnelle, du seuil de pauvreté monétaire. Louis Maurin défend régulièrement une idée que je défendais moi aussi il y a quelques années, lorsque les conventions statistiques françaises ont adopté la définition européenne : le seuil de pauvreté est fixé à 60 % du revenu médian. Avant, on privilégiait en France le seuil à 50 %, et Louis maintient une préférence pour ce seuil plus bas, avec des arguments, explicités dans un texte récent : « Huit millions de pauvres, un chiffre exagéré ». En voici un extrait, mais il faut lire le tout :

« À force d’élargir le concept de pauvreté, celui-ci change de sens. Et ce changement ne peut qu’attiser des discours qui relativisent l’importance du phénomène : « si le pauvre est celui qui a son HLM, sa télé, son portable et les aides sociales, alors est-ce vraiment inquiétant ? ». Un discours répandu notamment parmi les catégories modestes et les personnes âgées…. Cette conception extensive de la pauvreté est lourde d’effets pervers. Elle risque de se retourner contre tous ceux qui luttent sur le terrain pour améliorer la situation des plus démunis… ». (...) Lire la suite sur le blog de Jean Gadrey

Repost 0
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 15:20

Un amour du vélo et un autre rapport à la "bagnole" … bénéfique pour l'écologie ! La sobriété heureuse commencerait-elle par la mobilité douce ?

NederlandQuelques considérations en introduction : Curieux pays limité pour beaucoup d'auteurs d'ouvrages de tourisme à Amsterdam et ses environs. En effet ceci sous-entendrait qu'il n'y aurait rien d'intéressant à découvrir ailleurs dans ce pays pionnier sur beaucoup d'aspects. Certes les paysages sont moins variés que dans notre pays. Mais un proverbe néerlandais résume le côté exceptionnel de ce pays : "Dieu a créé la terre, mais il a laissé aux Hollandais le soin de créer les Pays-Bas".  N'oublions pas que la première république d'Europe (Republiek der Zeven Verenigde Nederlanden)  a existé aux Pays-Bas en 1581 bien avant la France. Que les Pays-Bas ont découvert New York (La nouvelle Amsterdam), l'Australie (la Nouvelle Hollande) et la Nouvelle Zélande … et qu'il possédait  en 1570 la première flotte du monde.

Un pays qui a innové dans son rapport avec la mer et la lutte contre les risques d'inondation suite à la catastrophe de 1953 et qui depuis est consulté dans le monde entier pour son savoir-faire en matière de protection des terres contre les inondations et la submersion marine. Mais ce pays a bien d'autres expertises …


Utrecht-Vélo 1Les Pays-Bas, la mobilité urbaine et le vélo : La pratique du vélo très développée et largement facilitée par les différents autorités conduit à une situation de la mobilité urbaine et de l'accessibilité tout à fait originale en Europe. Nous avons visité trois villes de taille décroissante Utrecht (310 000 habitants), Alkmaar (Nord-Ouest d'Amsterdam, 94 000 habitants) et  Volendam (Nord-Est d'Amsterdam, 21 000 habitants).

 A chaque fois nous avons été surpris par l'intensité des flux de vélos dans chacune des villes. Alors que la part du vélo représente en moyenne 5 % des déplacements en France, cette même part monte à 26 % en moyenne aux Pays-Bas et 30 % à Utrecht et même 50 % à Amsterdam.

Ce qui surprend aussi, c'est l'absence de casques tant du côté des cyclistes que du côté des conducteurs de scooters. Cette situation résulte, d'après notre enquête d'une analyse de risque qui a été faite par les autorités et qui conduit à dire que si on sépare les flux physiques de deux roues de celui des automobiles et camions, la gravité des accidents chute et effectivement le taux d'accidents concernant les cyclistes est un des plus faible en Europe.

Accidentabilité vélo en Europe 2008

Au Pays-Bas, la "religion vélo" se base sur des considérations simples :

 - Le vélo est l'investissement de meilleur rapport en matière de coût/efficacité pour la mobilité urbaine : il est peu coûteux, rapide et son occupation d'espace est très faible.

- Le vélo contribue à la bonne forme physique de chacun.

- Le vélo contribue à garder un air sain et de ce fait, il est intéressant de pointer que la concentration en particules fines ou oxydes d'azote est beaucoup plus faible qu'en France dans les villes.

- Le vélo n'émet pas de gaz à effet de serre.

C'est pourquoi le développement du vélo fait intégralement parti dans les villes néerlandaises des plans d'action pour la qualité de l'air (Voir à titre d'exemple pour illustrer ceci l'Actieplan Luchtkwaliteit Utrecht( Plan qualité de l'air pour Utrecht))

Utrecht-Vélo 3Priorité au vélo, acteur du climat et de la qualité de l'air : Plus concrètement, le plan d'action pour la qualité de l'air d'Utrecht de 2009 a ciblé 4 axes :

- Accroissement des infrastructures de transport public  : trains, bus

- Extension du réseau de parking combiné voitures-vélos en périphérie du centre

- Amélioration des facilités pour le vélo : abris parking, extension réseau pistes cyclables

- Sectorisation du trafic automobile : mis à part quelques axes, le centre ville est quasiment réservé aux piétons et aux vélos et le ring facilite le contournement et dissuade du transit par le centre.

Ainsi entre 2006 et 2011, les diverses actions menées ont conduit selon les secteurs de la ville a une diminution de 40 à 50 % du nombre de jours où l'air est de mauvaise qualité par an (18 à 29 jours en 2011).

Nous avons constaté dans les trois villes précédemment citées que malgré l'étendu des quartiers piétonniers, l'activité commerciale restait très vivante et à base de petits établissements de proximité : habillement, chaussures, mais aussi merceries, électriciens, drogueries et quincailleries … Les supermarchés alimentaires étant situés dans la périphérie des centres villes pour permettre aussi l'utilisation des voitures cette fois-ci nécessaire pour les gros chargements.

Utrecht-Vélo 2Néanmoins, les autorités des villes se posent la question du parcage correct et sécurisé des vélos.

Les vélos sont accrochés ou simplement posés partout  le long des murs des balustrades, sur les ponts. Les autorités indiquent un chiffre de 900 000 vélos volés par an pour un parc certes de 18 millions de vélos aux Pays-Bas (Il y a plus de vélos que d'habitants !) Autrement dit 5% de vélos volés par an.

On peut se poser la question pour la France de l'intérêt du vélo en libre-service. Paris a mis en service le Vélib', Lyon le Vélo'v et Lille s'apprête à faire de même avec le V'Lille. L'Expansion en octobre 2010 révélait une étude conduisant à estimer à 3 200 euros par vélo et par an le coût de revient du vélo en libre service (VLS). Or le prix d'un vélo neuf est aux Pays-Bas de 580 euros selon l'étude du Ministère des Transports des Pays-Bas.

 

Les Néerlandais et le rapport à la "bagnole" : Le rapport du citoyen néerlandais à la voiture est d'un rapport autre que celui de l'Allemand ou du Français, influencé par l'existence de constructeurs nationaux puissants.

Les immatriculations de véhicules légers prennent des tendances très différentes selon que le pays possède des constructeurs nationaux ou non :

 

Pays

 

1980

1990

2000

2009

Variation

1980/2009

Allemagne

2 528 000

3 475 000

3 591 000

3 981 000

+57 %

France

2 151 000

2 703 000

2 548 000

2 676 000

+24 %

Pays-Bas

 484 000

555 000

694 000

439 000

-10 %

Suisse

298 000

353 000

341 000

290 000

- 3

   

Ce tableau montre très clairement que malgré son niveau de vie élevé en moyenne, le Néerlandais ou le Suisse commence à se détourner de la voiture... Un début de comportement de sobriété heureuse ? 

Accidentabilité routière en Europe 2007Nous avons aussi constaté un comportement au volant très apaisé et des limitations de vitesse plus strictes qu'en France : 120 sur les autoroutes et 80 sur les nationales. Outre le fait que cela induit des baisses d'émissions de CO2 plus favorables au climat, le comportement civique au volant de ces automobilistes se traduit par des scores de sécurité automobiles parmi les meilleurs en Europe avec la Suisse, la Norvège, la Suède et le Royaume Uni.

En quoi consiste la politique de sécurité routière aux Pays-Bas ?

Trois priorités sont appliquées : un réseau routier et un équipement de qualité adapté aux limitations de vitesse, une éducation des usagers de la route présents et futurs avec une forte sensibilisation des enfants pour que leur mentalité et comportement soient différents de ceux de leurs parents, enfin une répression ferme avec l’affirmation de la « tolérance zéro ».

Nous avons remarqué que les dépassements de vitesse sur route nationale ou autoroute sont rares et que le comportement agressif des conducteurs n'est pas fréquent a contrario d'autres pays comme la France, la Belgique ou l'Allemagne où le "machisme automobiliste" est bien vivant !

Mortalité routière aux Pays-Bas -1950-2008 Mortalité routière Pays-Bas - objectif 2020

Evolution mortalité routière de 1950 à 2008    Evolution mortalité routière, objectif 2020

Autre facteur déterminant, le citoyen automobiliste néerlandais souffre de la taxation la plus haute de l'essence sans plomb SP95-E10 par rapport à d'autres pays européens. Néanmoins le taux de motorisation Diesel reste pour les immatriculations en 2009 situé à 20 % contre 70 % en France et 75 % en Belgique.

La triple combinaison d'un parc plus jeune,  d'un pays plus venteux et d'un taux de diésélisation beaucoup plus faible conduit donc à un air nettement plus sain dans les villes petites ou grandes.

AlkmaarAutre point d'aménagement : Dans le centre des villes, le macadam est encore une exception. C'est la brique de terre cuite pleine et dure ("klinker") posée sur la tranche qui est utilisée comme matériau pour la confection du revêtement des trottoirs ainsi que des chaussées. Les interstices sont comblés avec du sable et il existe donc dans toutes les villes ces représentants de ce corps de métier, les paveurs ("stratemakers"), qui entretiennent ou refont les rues des villes. Les avantages sont d'abord esthétiques et sanitaires, pour les inconvénients, il y a bien sûr le niveau sonore et les vibrations supplémentaires qui sont générés par le passage des roues (vélos ou voitures). Signalons que cela a été aussi une tradition en Flandre française.

 

Quels enseignements de ce retour d'expérience pour la France ? 

En conclusion, nous nous ne pouvons qu'être interrogatif sur la façon dont les orientations sont prises en France en matière de mobilité-accessibilité urbaine.

Si l'objectif est vraiment le climat et la qualité de l'air, on ne peut que constater la réussite néerlandaise qui a réussi depuis plusieurs années à mettre sur rail une véritable transition vers une mobilité douce qui coordonne les investissements dans le cadre d'une logique prenant en compte le rapport coût/efficacité : la marche, le vélo, les transports en commun et la voiture reconduite à une place modeste. La politique vélo fonctionne parce qu'elle se base sur l'apprentissage dès le plus jeune âge de ce mode de transport et parce qu'elle rend le vélo sûr, accessible et flexible à tous les instants. La part du vélo qui atteint 26 % des déplacements en moyenne et avec même des villes à 40 ou 50 % ne s'est pas faite avec la lourde et très coûteuse machinerie des vélos en libre-service dont le bilan carbone est d'ailleurs douteux.

En outre la combinaison vélo-transports publics conduit à une mobilité douce et  articulée de manière complémentaire qui est favorisé par la localisation très fréquente des Néerlandais à peu de distance d'une gare ou d'une station de tramway. Enfin, saluons la constance et le courage en matière de sécurité routière qui sont à mettre en comparaison avec les avancées puis reculades avec arrières pensées électoralistes en France. Tout cela n'est pas glorieux.

Enfin un travail récent de l'OCDE sur les indicateurs de bien-vivre place les Pays-Bas au 3ème rang des pays de l'OCDE après le Danemark et la Norvège et avant la Finlande, la Belgique, la Suisse,  la Suède, l'Allemagne, le Portugal et la France (10ème rang). A regarder de près.

M.E.


Références documentaires :

- Nota Mobiliteit : Naar een betrouwbare en voorspelbare bereikbaarheid, Ministerie van Verkeer en Waterstaat, 30 september 2004. 

- Actieplan Luchtkwaliteit Utrecht : Schone lucht, bereikbare stad en duurzame groei, Gemeente Utrecht, december 2009. Résumé (anglais) pour l'association City for Mobility

- Kadernota Duurzame Bereikbaarheid, Gemeente Alkmaar, februari 2010.

- Kerncijfers Verkeersveiligheid, Uitgave 2009, Ministerie van Verkeer en Waterstaat.

- Le vélo aux Pays-Bas, Ministerie van Verkeer en Waterstaat, 2009.

- Compendium of OECD well-being indicators, OECD, may 2011.

- Site du Comité des Constructeurs Français d'Automobiles (CCFA)

- Pas donné,  le vélo partagé ! L'Expansion, octobre 2010.

- L'architecture flamande : les trottoirs en brique, Association Yzer Houck.


Vidéos à voir absolument :

Bicycle Rush Hour Utrecht (Netherlands)

Cycling in the Netherlands in the 1950s

Repost 0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 10:45

bastamagQuel que soit son dénouement, l’affaire DSK et les réactions qu’elle suscite sont l’occasion de rappeler quelques faits sur les violences sexuelles. En France, 5.000 viols sont perpétrés chaque année sur le lieu de travail, le plus souvent par un supérieur hiérarchique considérant le pouvoir qu’il détient comme une arme contraignante.

Ainsi donc, DSK aime les femmes. À sa façon. Le pauvre homme. Présumé innocent, et c’est tant mieux, il a bénéficié d’un soutien quasi-inconditionnel de la classe politique française. Visiblement « traumatisée » par l’image de l’homme sortant du commissariat menotté, avec une barbe de 24 heures. Et décidément incrédule. « Il ne peut pas avoir fait une chose pareille  », « je le connais depuis des années, il est incapable de tels actes », « franchement, ce n’est pas son style  »... DSK n’a pas la gueule de l’emploi. Il est trop riche, trop célèbre, trop comme il faut. Il est forcément victime d’un complot. Que n’entendons-nous pas sur la victime présumée, suspectée d’affabuler, voire de participer à un coup monté, et sur son agresseur présumé, présenté comme incapable de commettre un tel acte ?

Pourtant, en matière d’agressions et sexuelles et de viols, il n’y a pas de profil type. Les enquêtes se suivent et se ressemblent toutes  [1] : les agresseurs appartiennent à toutes les classes sociales. Et le fait que la majorité des hommes condamnés pour ce crime appartiennent aux classes populaires ne signifie pas que les pauvres violent plus que les riches. Mais plutôt que les riches savent mieux se protéger. Et qu’il est plus difficile de les dénoncer. (...) Lire la suite

Repost 0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 08:44

OBSERVATOIRE DES INEGALITES 22-03-2011

Observatoire des InégalitésLe dixième le plus riche de la population mondiale détient 83 % de la richesse. L’Amérique du Nord et l’Europe possèdent plus de 60 % de cette richesse. La France est l’un des pays qui compte le plus de millionnaires.

  La richesse mondiale totale serait de 194 000 milliards de dollars en 2010, selon le rapport Global Wealth Databook (en anglais) du Crédit Suisse. Elle est répartie entre 4,4 milliards d’adultes, soit une moyenne de 43 800 dollars par individu. Cette estimation doit être considérée avec beaucoup de précautions (voir encadré), mais elle donne une idée de l’ampleur des inégalités de patrimoine. (...) Lire la suite

 

Repost 0
Published by Observatoire des Inégalités - dans Développement humain
commenter cet article

La médiathèque d'Attac

Une rubrique sur les lectures, films, musiques qui ont marqués les militants d'Attac Villeneuve d'Ascq

Thèmes