Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • : Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • : Site du comité local d'Attac France de Villeneuve d'Ascq (59) à destination des militants et sympathisants. Fondée en 1998, Attac promeut et mène des actions de tous ordres en vue de la reconquête, par les citoyens, du pouvoir que la sphère financière exerce sur tous les aspects de la vie politique, sociale, économique, environnementale et culturelle dans l’ensemble du monde. Attac est un mouvement associatif altermondialiste et d'éducation populaire reconnu par l'Etat.
  • Contact

Attac ...c'est aussi

retrouvez nous sur        Facebook

 

pour plus d'informations    contactez nous 

 

ou allez visiter le site      ATTAC France

Recherche

A noter sur vos agendas

 

Pour voir toutes les dates et informations détaillées,

Suivez le lien : 

 

L'agenda complet d'ATTAC VA 
 

 

radio ATTAC

retrouvez les émissions radio d'ATTAC Lille et d'ailleurs

Angle d'ATTAC sur Radio Campus 106,6 mhz

La loi Travail XXL de Macron-Pénicaud ! :Ses conséquences pour les salarié.e.s ; Ses liens avec les ALE samedi 16 septembre 12h à 13h

Les origines de l'écologie ! 19 aout 2107

Sociologie de Lille ! avec Fabien Desage maitre de conférences Lille 2 CERAPS 17 juin 2017

La prospérité sans croissance ! avec Jean Gadrey 20 mai 2017

Questions sur l'Europe 2ème volet  29 avril  2017

Questions sur l'Europe ! 15 avril 2017

Faut il attendre la croissance ? avec F Jany-Catrice professeur à Lille 1,18 mars 2017

 

 

 

 

 

7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 08:01

Alternatives EconomiquesBeaucoup d’économistes de mes amis, « atterrés », d’Alternatives économiques, d’Attac et autres hétérodoxes, ont insisté sur le fait que la crise de 2008-2012 (et sans doute au-delà) avait une forte composante, en arrière-fond, de crise des inégalités. Des inégalités elles-mêmes suscitées par la globalisation financière et la renforçant en retour, dans un cercle vicieux amenant la tempête. J’en ai parlé à plusieurs reprises sur ce blog, y compris dans un billet du 11 octobre 2011 où je fournissais de premiers indices chiffrés.

J’ai composé un petit graphique simple venant renforcer cet argument sur la base des chiffres les plus récents d’Eurostat. Il confirme visuellement le diagnostic précédent, même s’il exige quelques commentaires. Il établit une forte corrélation entre l’indicateur d’inégalités de revenus le plus complet, appelé indice de Gini, et la dette publique en % du PIB, un indicateur qui a certes de sérieuses limites (j’en ai également parlé), mais qui est le seul disponible de façon comparable pour tous ces pays. Voici ce graphique (cliquer dessus pour l’agrandir) :

graphdettegini.jpgQuelques commentaires sont utiles.

D’abord, on ne cesse de le répéter aux étudiants, une corrélation n’est pas une causalité. C’est juste l’indice d’une causalité possible. Mais dans le cas présent, les arguments de causalité ont déjà été largement fournis. On en est à un stade où seuls ceux qui ne veulent pas comprendre resteront insensibles à l’accumulation d’évidences.

Ensuite, et je pense à mon ami David Cameron, qui n’a toujours pas répondu à ma lettre, il est plaisant de constater que le Royaume-Uni et l’Irlande, en haut à droite, soit du côté des plus inégalitaires et bien endettés, font en quelque sorte partie des « PIGS » (Portugal, Italie, Grèce et Spain, soit l’Espagne). Cochon qui s’en dédit !

Puis, je n’ai retenu dans le graphique que les pays d’Europe occidentale, nordique et méditerranéenne, et pas ceux d’Europe de l’Est ni les mini-nations que sont le Luxembourg et le Liechtenstein.

Enfin, comme la signification de l’indice de Gini repose sur une technique qui n’est pas très accessible, je précise qu’entre un indice de 24 et un indice de 34, il y a vraiment une énorme différence. En gros, un indice de 24 correspond à une répartition où les 10 % les plus riches gagnent en moyenne 5 à 6 fois plus que les 10 % les plus pauvres. Avec un indice de 34, c’est environ10 fois plus !

Pour terminer, il ne faut évidemment pas transformer ces « preuves » en une explication unique. Isoler une relation de causalité partielle est utile, mais c’est tout un système de causes imbriquées qui est à l’œuvre. Il est maintenant bien connu, et si les politiques ne prennent pas les décisions énergiques qui permettraient de sortir de la crise, c’est qu’ils ont partie liée avec ceux qui l’ont provoquée.

Article publié initialement sur le blog de Jean Gadrey le 6 juillet 2012.

Partager cet article

Repost 0
Published by J.G.
commenter cet article

commentaires