Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • : Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • : Site du comité local d'Attac France de Villeneuve d'Ascq (59) à destination des militants et sympathisants. Fondée en 1998, Attac promeut et mène des actions de tous ordres en vue de la reconquête, par les citoyens, du pouvoir que la sphère financière exerce sur tous les aspects de la vie politique, sociale, économique, environnementale et culturelle dans l’ensemble du monde. Attac est un mouvement associatif altermondialiste et d'éducation populaire reconnu par l'Etat.
  • Contact

Attac ...c'est aussi

retrouvez nous sur        Facebook

 

pour plus d'informations    contactez nous 

 

ou allez visiter le site      ATTAC France

Recherche

A noter sur vos agendas

 

Pour voir toutes les dates et informations détaillées,

Suivez le lien : 

 

L'agenda complet d'ATTAC VA 
 

 

radio ATTAC

retrouvez les émissions radio d'ATTAC Lille et d'ailleurs

Angle d'ATTAC sur Radio Campus 106,6 mhz

La loi Travail XXL de Macron-Pénicaud ! :Ses conséquences pour les salarié.e.s ; Ses liens avec les ALE samedi 16 septembre 12h à 13h

Les origines de l'écologie ! 19 aout 2107

Sociologie de Lille ! avec Fabien Desage maitre de conférences Lille 2 CERAPS 17 juin 2017

La prospérité sans croissance ! avec Jean Gadrey 20 mai 2017

Questions sur l'Europe 2ème volet  29 avril  2017

Questions sur l'Europe ! 15 avril 2017

Faut il attendre la croissance ? avec F Jany-Catrice professeur à Lille 1,18 mars 2017

 

 

 

 

 

22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 10:57

Le MondeTout ce dont le mal a besoin pour triompher, c'est du silence des gens honnêtes ", écrit le philosophe du XVIIIe siècle Edmund Burke. La France élit son président... et aucun des candidats ne pense ne serait-ce qu'à mentionner le massacre quotidien de la faim. La destruction annuelle de dizaines de millions d'êtres humains par la faim est le scandale de notre siècle. Toutes les cinq secondes, un enfant âgé de moins de 10 ans meurt de faim, 37 000 personnes meurent de faim tous les jours et près de 1 milliard - sur 7 milliards - sont mutilées par la sous-alimentation permanente... Cela sur une planète qui regorge de richesses !

Le même rapport sur l'insécurité alimentaire dans le monde de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui donne les chiffres des victimes dit aussi que l'agriculture mondiale, au stade actuel de ses forces de production, pourrait nourrir normalement (2 200 calories pour un individu adulte par jour) 12 milliards d'êtres humains.

Au seuil de ce nouveau millénaire, il n'existe donc aucune fatalité, aucun manque objectif. Un enfant qui meurt de faim est assassiné. Le problème des affamés n'est pas la disponibilité générale des aliments sur la terre, mais leur propre accès à ces aliments, essentiellement leur manque de moyens monétaires pour les acquérir. Le meurtre collectif par la faim de millions d'êtres humains a, avant tout, des causes structurelles.

Une dizaine de sociétés transcontinentales privées contrôlent 85 % du marché alimentaire mondial. Elles sont actives en Bourse, fixent les prix, contrôlent les stocks et condamnent les pauvres puisque seuls ceux qui ont de l'argent ont accès à la nourriture. En 2011, par exemple, Cargill a contrôlé plus de 26 % du blé commercialisé dans le monde. Depuis trois ans, après l'effondrement des marchés financiers, les spéculateurs se sont rués sur les matières premières agricoles, non seulement pour les vendre comme aliments, mais aussi pour transformer des millions de tonnes de plantes nourricières en agrocarburants.

La volatilité des prix est devenue extrême : en deux ans, le maïs a connu des pics d'augmentation de 63 % et le riz philippin de 58 % ; entre 2010 et 2011, le prix de la tonne de blé meunier a doublé. Les spéculateurs sont deux fois responsables. Des millions de pauvres, qui consacrent la totalité de leur maigre budget à se nourrir, sont devenus insolvables. Et le Programme alimentaire mondial, qui a perdu la moitié de son budget annuel parce que les Etats donateurs ont dû renflouer leurs banques, ne peut plus acheter assez de nourriture pour l'aide d'urgence en cas de famine : comme dans la Corne de l'Afrique, où les fonctionnaires de l'ONU refusent chaque jour l'entrée d'un des dix-sept camps installés dans la région à des familles réfugiées de la faim.

D'autres causes de la faim structurelle sont le dumping agricole pratiqué par l'Union européenne, qui déverse sur les marchés africains ses produits agricoles subventionnés aux dépens des produits locaux ; l'endettement de nombre de pays pauvres, qui empêche leurs gouvernements d'effectuer l'investissement nécessaire dans leur agriculture vivrière - irrigation, engrais, semences - ; l'accaparement des terres arables par les fonds spéculatifs, fonds souverains et sociétés transcontinentales (41 millions d'hectares acquis en Afrique en 2011, selon la Banque mondiale), etc.

La France est la cinquième puissance économique du monde. Son histoire, son rayonnement culturel lui confèrent un prestige immense. Au Fonds monétaire international, à la Banque mondiale, à l'Organisation mondiale du commerce, au sein du G20, sa voix est écoutée. Il existe des mesures concrètes que le nouveau président français pourra imposer : interdire la spéculation boursière sur les produits alimentaires de base - riz, blé, maïs ; faire cesser l'accaparement en Afrique de terres arables par les sociétés multinationales d'origine française ; empêcher le dumping agricole ; obtenir l'annulation de la dette extérieure des pays les plus pauvres ; en finir avec les agrocarburants fabriqués à partir de plantes nourricières...

La solidarité internationale entre la France et les peuples de l'hémisphère Sud est absente du débat électoral. Le silence des candidats et candidates de gauche sur ce point relève non seulement de la faute morale, mais encore de l'erreur tactique. Pays de la Révolution, la France a une grande tradition de combat pour la solidarité transnationale entre les peuples. Nulle part ailleurs en Europe, il n'existe une densité aussi impressionnante de mouvements sociaux, d'ONG luttant pour la justice sociale planétaire. Ne pas mobiliser cette solidarité, ne pas faire appel à ces forces sociales puissantes, constitue - notamment pour les candidats de gauche - une incompréhensible erreur.

Tribune de Jean Ziegler par dans le Monde du 21 avril 2012

J.Ziegler.jpgJean Ziegler, né Hans Ziegler, le 19 avril 1934 à Thoune dans le canton de Berne en Suisse, est un homme politique et sociologue suisse. Il a été rapporteur spécial auprès de l’ONU sur la question du droit à l’alimentation dans le monde. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dans lesquels il analyse notamment cette question, et est également connu pour cette phrase : « l'agriculture mondiale peut aujourd'hui nourrir 12 milliards de personnes [...] donc les enfants qui meurent de faim sont assassinés. »

Son père était président du tribunal de Thoune et colonel d'artillerie. Jean Ziegler a un doctorat en droit et un en sociologie2.

Dans le livre Jean Ziegler parle aux arabes, écrit en 2003 par Riadh Sidaoui, l'auteur parle de la première fois où Ziegler a rencontré Che Guevara quand il s'est rendu à Genève à la tête de la délégation politique, à l'âge de 35 ans. Jean Ziegler est allé le voir à l'hôtel et lui a demandé de pouvoir l'accompagner à Cuba pour participer aux guerres contre l'hégémonie américaine et les dictatures en Amérique latine... Alors Che Guevara lui aurait dit : « Tu es né ici... alors c'est ici que tu devras combattre le monstre... ce qui est bénéfique pour vous et pour nous "... Collaborateur à la revue Afrique-Asie dans les année 1970 et 1980, il défend les interventions cubaines en Afrique.

Jean Ziegler est le rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies de 2000 à 2008, poste auquel lui succède Olivier De Schutter. Il est actuellement membre du comité consultatif du Conseil des droits de l'homme des Nations unies.

Il est professeur de sociologie à l'université de Genève jusqu'en 2002 et à l'université de la Sorbonne à Paris. Il publie aussi de nombreux livres. Il est conseiller municipal (socialiste) de la ville de Genève de 1963 à 19673. Il est membre du parlement fédéral suisse (canton de Genève) du 4 décembre 1967 au 27 novembre 1983 et du 30 novembre 1987 au 5 décembre 1999 (parti socialiste) 4. Il est le premier dirigeant de la communauté d'Emmaüs genevoise. Il rencontre l'abbé Pierre à Paris en 1952.

Partager cet article

Repost 0
Published by attaclillemetropole - dans International
commenter cet article

commentaires