Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • : Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • : Site du comité local d'Attac France de Villeneuve d'Ascq (59) à destination des militants et sympathisants. Fondée en 1998, Attac promeut et mène des actions de tous ordres en vue de la reconquête, par les citoyens, du pouvoir que la sphère financière exerce sur tous les aspects de la vie politique, sociale, économique, environnementale et culturelle dans l’ensemble du monde. Attac est un mouvement associatif altermondialiste et d'éducation populaire reconnu par l'Etat.
  • Contact

Attac ...c'est aussi

retrouvez nous sur        Facebook

 

pour plus d'informations    contactez nous 

 

ou allez visiter le site      ATTAC France

Recherche

A noter sur vos agendas

 

Pour voir toutes les dates et informations détaillées,

Suivez le lien : 

 

L'agenda complet d'ATTAC VA 
 

 

radio ATTAC

retrouvez les émissions radio d'ATTAC Lille et d'ailleurs

Angle d'ATTAC sur Radio Campus 106,6 mhz

Sociologie de Lille ! avec Fabien Desage maitre de conférences Lille 2 CERAPS samedi 17 juin 12h à 13 h

La prospérité sans croissance ! avec Jean Gadrey 20 mai 2017

Questions sur l'Europe 2ème volet  29 avril  2017

Questions sur l'Europe ! 15 avril 2017

Faut il attendre la croissance ? avec F Jany-Catrice professeur à Lille 1,18 mars 2017

 

 

 

 

1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 18:11

NON AU GAZ : NI DE SCHISTE, NI DE CHARBON, NI ICI, NI AILLEURS

 

Les grandes compagnies pétrolières et notre « Ministre du Redressement Productif » marquent un intérêt grandissant pour le gaz de charbon qui semblerait présent dans les Bassins du Nord-Pas de Calais, des Cévennes gardoises, de Lorraine, des Bouches-du Rhône, et du Massif central.


Gazonor est chargé de récupérer le méthane (gaz explosif et inflammable) dans les mines du Nord - Pas de Calais depuis leur fermeture, car ce gaz « remonte » dans les galeries sous la pression de l’eau et constitue un risque pour les populations.


Mais le gaz de charbon maintenant ciblé sera extrait dans des zones minières non encore exploitées, avec une technique beaucoup plus agressive et polluante. La société EGL s’apprête à faire prochainement quatre forages d’exploration en Lorraine et quatre dans le Nord.


Il faudrait faire un forage vertical (entre 600 et 1200 m) puis forer horizontalement en étoile, en suivant la veine de charbon (jusqu’à 3000 m) et pomper l’eau contenue dans la couche de charbon afin de créer une dépression qui libèrerait le méthane retenu à sa surface ; l’eau devrait alors remonter, entraînant le méthane.


Alors qu’en Lorraine on injecterait 400m3 (?) d’eau par forage, Monsieur Briens, patron de EGL, nous assure que dans le Nord cette eau ne serait pas utile : va-t-on tenter d’améliorer la technique dans le Nord ?


Cette activité est extrêmement polluante.
La grande quantité d’eau extraite par pompage peut être salée, riche en arsenic, soufre, métaux lourds, éléments radioactifs. Il n’existe aucune possibilité de dépollution de tels volumes : cette eau sera rejetée dans les cours d’eau.


Afin d’améliorer la rentabilité, les pétroliers ont recours à la fracturation hydraulique (en Australie et aux U.S.A.).
Cette exploitation nécessite la réalisation de forages nombreux et rapprochés qui entraînent la destruction des paysages tout autant que celle des économies agricoles et touristiques.


Dans les 5, 10, 15, 20 ans après la cessation de l’exploitation, le méthane remontera par les failles géologiques (comme dans les galeries de mines du Nord- Pas de Calais actuellement) et contaminera l’atmosphère déjà surchargée en gaz à effet de serre ainsi que les nappes phréatiques qu’il rencontrera lors de sa migration.


D’autre part, la France s’est engagée à réduire d’ici à 2050 ses émissions de gaz à effet de serre.
La priorité devrait donc résider dans l’efficacité et la sobriété énergétique et non dans la recherche de nouveaux hydrocarbures.


Ces projets d’exploration pour trouver de nouveaux gisements de ressources fossiles en France sont donc parfaitement irresponsables au moment où les scientifiques s’accordent à dire que brûler plus du tiers des ressources fossiles déjà connues d’ici à 2050 suffirait à provoquer l’emballement du réchauffement climatique.


Co-signataires :
Les Collectifs concernés par les gaz de houille/gaz de couche :

Collectif-gaz-npdc et plus de 25 collectfs de la France entière.


Contacts presse : Bassin du nord : Christine Poilly : 06 21 68 30 87

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectifs - dans Environnement
commenter cet article

commentaires