Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • : Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • : Site du comité local d'Attac France de Villeneuve d'Ascq (59) à destination des militants et sympathisants. Fondée en 1998, Attac promeut et mène des actions de tous ordres en vue de la reconquête, par les citoyens, du pouvoir que la sphère financière exerce sur tous les aspects de la vie politique, sociale, économique, environnementale et culturelle dans l’ensemble du monde. Attac est un mouvement associatif altermondialiste et d'éducation populaire reconnu par l'Etat.
  • Contact

Attac ...c'est aussi

retrouvez nous sur        Facebook

 

pour plus d'informations    contactez nous 

 

ou allez visiter le site      ATTAC France

Recherche

A noter sur vos agendas

 

Pour voir toutes les dates et informations détaillées,

Suivez le lien : 

 

L'agenda complet d'ATTAC VA 
 

 

radio ATTAC

retrouvez les émissions radio d'ATTAC Lille et d'ailleurs

Angle d'ATTAC sur Radio Campus 106,6 mhz

Sociologie de Lille ! avec Fabien Desage maitre de conférences Lille 2 CERAPS samedi 17 juin 12h à 13 h

La prospérité sans croissance ! avec Jean Gadrey 20 mai 2017

Questions sur l'Europe 2ème volet  29 avril  2017

Questions sur l'Europe ! 15 avril 2017

Faut il attendre la croissance ? avec F Jany-Catrice professeur à Lille 1,18 mars 2017

 

 

 

 

6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 10:09

Accueillir plus de réfugiés, c’est souhaitable, c’est possible !

En 2015, alors que l’Allemagne recevait 5 441 demandes d‘asile par million d’habitants, la France n’en recevait que 1 063. Et il est beaucoup plus facile d’obtenir l’asile ailleurs en Europe qu’en France, où plus des deux-tiers des demandes sont rejetées. Quant aux pays voisins de la Syrie (Turquie, Liban, Jordanie), c’est par millions qu’ils reçoivent des réfugiés, sans compter ceux qu’on leur renvoie ! Les pays qui ont accepté d’accueillir les migrants comme la Suède démontrent que c’est un réel bénéfice pour l’économie de leur pays. Ceci n’empêche pas de réfléchir sur les causes de départ des migrants (guerres, manque de ressources, dictatures, catastrophes économiques et écologiques...) et sur ce qui pourrait ralentir ou encadrer l’exode actuel, dangereux et dégradant, sans renoncer aux apports bénéfiques du brassage des populations et des échanges quand les déplacements sont voulus et maîtrisés.

Selon le Haut-Commissariat aux Réfugiés il y a 65,3 millions de déplacés qui se répartissent comme suit : 40,8 millions sont déplacés dans leur propre pays, 21,3 millions sont réfugiés dans d’autres pays, 3,2 millions sont demandeurs d’asile. Chaque minute 24 personnes sont déplacées. Dans cette population, 51 % d’enfants ou mineurs de moins de 18 ans, dont près de 100 000 non accompagnés !

Les perspectives, c’est l’augmentation constante et inéluctable des migrations vers les pays favorisés, riches et sécurisés : Europe occidentale, Amérique du Nord… La facilité des communications et des déplacements permet d’y parvenir en dépit des entraves toujours plus coûteuses mise en place par les États pour défendre l’accès à leur territoire. Cette tendance est accentuée par l’aggravation des guerres depuis trente ans (Afghanistan, Irak, Syrie, Yémen, Arménie, Soudan, Libye) et des violences (Daech, ACMI, Boko Aram), mais aussi par la stagnation économique, qu’elle soit liée au changement climatique, aux traités commerciaux asymétriques, ou à la corruption des élites.

L’ONU prévoit 250 M de réfugiés climatiques en 2050

 

Les raisons des flux migratoires

Les USA, la France, le Royaume-Uni sont parmi les cinq principaux exportateurs d’armes. Des conflits sont instrumentalisés par des grandes puissances, dont la nôtre, pour le contrôle de régions stratégiques. Ils dévastent des pays entiers et déstabilisent des États où, maintenant, des bandes armées font la loi. Beaucoup de conflits sont liés au contrôle des réserves pétrolières.

Les multinationales cherchent à mettre la main sur les matières premières minérales et végétales.

Les accords de libre-échange (TAFTA, CETA) et les Accords de partenariat économique (APE) entre l’Union européenne et les pays africains, ont une grande responsabilité dans la destruction de ces économies, en particulier des agricultures.

La question climatique – l’accès à l’eau notamment – est un facteur important de déstabilisation et de migration.

La corruption, l’évasion fiscale notamment, via les paradis fiscaux, le soutien aux dictateurs, engendrent conflits, répression, misère.

La logique néolibérale conduit à la fabrication de sans-papiers, à l’intérieur même de nos pays, au profit du marché mondialisé. Elle cherche à mettre en concurrence les pauvres entre eux : les nouveaux réfugiés avec les précédentes vagues de migrants, les étrangers avec les Français, en particulier pour l’hébergement d’urgence, l’accès au logement, au travail...

La fin de l’exploitation des énergies fossiles et l’utilisation d’énergies renouvelables accessibles à tous permettraient de réduire certains conflits avec des effets bénéfiques sur le climat, la pollution, la santé. Le commerce équitable peut être un outil contre l’émigration contrainte si les paysans sont maintenus sur leurs terres avec des conditions de vie dignes. Ainsi se résoudrait un grand nombre de problèmes d’accès à l’eau, à l’énergie, à la santé et à l’éducation.

 

Egalité des droits pour tous

Les migrants remettent en cause les frontières : il est illusoire de les garder à distance, même avec des accords politiques pour les bloquer loin de l’Europe. Nous devons nous opposer à cette politique de division des peuples, désignant l’immigration comme la cause de la «crise», du chômage, de l’affaiblissement de la protection sociale. ATTAC défend un autre récit de la «crise», désignant le capital financier, les oligarchies, les politiques néo-libérales comme responsables du chaos dont le monde est menacé. C’est pourquoi nous demandons l’égalité des droits pour tous

Il faut cesser d’agiter la menace que ces migrants feraient peser sur notre identité nationale, ou encore de les assimiler aux terroristes qu’ils fuient, et de comprendre enfin l’apport qu’ils peuvent représenter pour l’économie de notre pays… et de l’Europe.

Pour cela, il suffirait de respecter les conditions de leur intégration:

  • respecter les conventions internationales et les droits humains fondamentaux ;

  • assurer leur accès au logement, à la santé, à l’éducation… ;

  • assurer l’égalité des droits, notamment au travail ;

  • combattre les discriminations.

Ces revendications sont déjà portées par nombre d’associations, de syndicats, de citoyens qui luttent aux côtés des collectifs de sans-papiers et des mouvements de solidarité avec les migrants en général. Mais l’accueil des réfugiés ne peut se réaliser qu’à deux conditions :

  1. Assurer leur exil dans les pays de leur choix, sans qu’ils soient victimes de la rapacité des «passeurs » et des dangers du voyage. Un accord européen pourrait définir des couloirs humanitaires où les migrants seraient assurés de leur route et préciser les modalités souhaitables de leur accueil.

  2. Leur offrir la possibilité de choisir leur destination dans le pays d’accueil et les intégrer au sein de la population, car leur concentration dans les cités-ghettos engendre inévitablement des conflits sociaux.

Ces mesures pourraient s’envisager dans le cadre d’un système inspiré de celui des logements sociaux : les communes et les municipalités seraient tenues de recevoir un pourcentage de migrants- réfugiés proportionnel à leur population. Celles qui refuseraient se verraient soumises à des pénalités qui seraient reversées sous forme de subventions à celles qui ont rempli le contrat. Pour ces quelques propositions, nous entendons bien nous faire traiter d’utopistes, lors même que ceux qui nous conduisent au chaos ne cessent de proclamer leur « réalisme ». Toute l’histoire humaine est faite de migrations : l’utopie est du côté de ceux qui veulent emmurer l’espoir.

Altermondialiste, donc solidaires des migrants et réfugiés

ATTAC est engagée dans des actions communes avec associations, syndicats et partis pour exiger une politique ouverte de l’immigration. La question des réfugié-es s’inscrit dans le cadre de la crise globale d’un monde dominé par le capitalisme financier, thème fondateur d’Attac. Son combat altermondialiste est intimement lié à la lutte pour la liberté d’aller et venir, à la solidarité avec les migrants afin d’arrêter la déshumanisation à l’œuvre dans le monde.

sources : ATTAC, la Fabrique à idée d'Ensemble avec la particpation de la CIMADE et la MAPEmonde

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Attac Villeneuve d'Ascq - dans International
commenter cet article

commentaires

La médiathèque d'Attac

Une rubrique sur les lectures, films, musiques qui ont marqués les militants d'Attac Villeneuve d'Ascq

Thèmes