Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • : Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • Le site de Attac Villeneuve d'Ascq
  • : Site du comité local d'Attac France de Villeneuve d'Ascq (59) à destination des militants et sympathisants. Fondée en 1998, Attac promeut et mène des actions de tous ordres en vue de la reconquête, par les citoyens, du pouvoir que la sphère financière exerce sur tous les aspects de la vie politique, sociale, économique, environnementale et culturelle dans l’ensemble du monde. Attac est un mouvement associatif altermondialiste et d'éducation populaire reconnu par l'Etat.
  • Contact

Attac ...c'est aussi

retrouvez nous sur        Facebook

 

pour plus d'informations    contactez nous 

 

ou allez visiter le site      ATTAC France

Recherche

A noter sur vos agendas

 

Pour voir toutes les dates et informations détaillées,

Suivez le lien : 

 

L'agenda complet d'ATTAC VA 
 

 

radio ATTAC

retrouvez les émissions radio d'ATTAC Lille et d'ailleurs

Angle d'ATTAC sur Radio Campus 106,6 mhz

Sociologie de Lille ! avec Fabien Desage maitre de conférences Lille 2 CERAPS samedi 17 juin 12h à 13 h

La prospérité sans croissance ! avec Jean Gadrey 20 mai 2017

Questions sur l'Europe 2ème volet  29 avril  2017

Questions sur l'Europe ! 15 avril 2017

Faut il attendre la croissance ? avec F Jany-Catrice professeur à Lille 1,18 mars 2017

 

 

 

 

6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 09:48

A T T A C Métropole lilloise

Union Syndicale de Retraités SOLIDAIRES

Au Parti socialiste du Nord

à Madame Audrey LINKENHELD, députée

à Madame Sophie ERRANTE, députée

à M. Michel MÉNARD, député

Lettre ouverte aux députés au sujet des Retraites

Mesdames les Députées, Monsieur le Député,

Suite à l’interpellation des députés organisée par Attac-France pour qu’ils votent NON en 2ème lecture sur la réforme des retraites, nous avons reçu des réponses, de Mme Audrey Linkenheld, députée du Nord, et les copies des réponses de Mme Sophie Errante et de M. Michel MÉNARD, députés de Loire-Atlantique. Nous les remercions.

Cependant le contenu de cette réponse ne peut nous satisfaire.

Tout d’abord le processus de concertation a été fort limité. Les organisations syndicales ont été écoutées, mais il n’y a pratiquement pas eu de débats et ensuite le gouvernement a annoncé ses mesures dont l’essentiel était probablement décidé avant que les syndicats soient reçus. Pourtant les organisations contestataires, dont la nôtre, avaient expliqué en détail leurs motifs de désaccord avec les projets gouvernementaux. Le sujet des Retraites est si important que nous considérons, comme nos organisations nationales, qu’il s’agit d’un choix de société et méritait donc un large débat avec la Nation.

Nous regrettons que « l’équilibre financier » soit apparu prioritaire et qu’il ait occulté les régressions sociales successives des « réformes » gouvernementales depuis 20 ans. Il a été impossible de réaliser l’équilibre financier précédemment parce que les gouvernements ont seulement cherché à réduire les dépenses sociales, pour les Retraites comme pour l’Assurance Maladie, et qu’ils ont négligé de rechercher de nouvelles ressources, par une augmentation des cotisations. Toute augmentation des cotisations patronales a longtemps paru « tabou » et a été écartée sans débat par les gouvernements précédents.

Le gouvernement Ayrault a décidé d’augmentations modestes de 0,3 % pour les salariés et pour les entreprises. Mais il a annoncé, pour les entreprises, une réduction équivalente de leurs cotisations famille. Autrement dit, pour boucher en partie un trou, ce gouvernement en ouvre un autre. Sur le financement, l’équité n’est pas respectée et les efforts ne sont pas équitables puisque les salariés ne bénéficieront pas de compensation. Nous pouvons craindre que la population soit taxée afin de financer la réduction des cotisations famille.

La réforme n’est pas plus juste ni équitable sur les autres mesures, lesquelles vont encore dans le sens de la réduction des montants de retraites. Le gouvernement socialiste légitime et conforte la réforme de 2010 de la Droite sur l’allongement de la durée de cotisations (alors que le Parti socialiste l’avait critiquée en 2010) et va même plus loin en aggravant l’augmentation de la durée de cotisations à partir de 2020 pour aller jusqu’à 43 ans. La conséquence à terme, c’est que les salarié-e-s qui voudront obtenir une retraite à taux plein devront travailler jusqu’à 66 ou 67 ans ! Sinon ils et elles pourront obtenir à 62 ans une retraite bien réduite.

Comment le gouvernement peut-il justifier cette durée de cotisations, alors que le temps moyen RÉEL de travail reste stable depuis longtemps entre 37,5 et 38 années ? Un fossé va donc se creuser davantage entre la réalité du temps de travail et les exigences gouvernementales. D’autre part une majorité des travailleurs et travailleuses cesse le travail définitivement entre 55 et 60 ans : c’est une autre contradiction entre les réalités sociales et la Loi qui vient d’être votée en 2e lecture par l’Assemblée Nationale après son rejet par le Sénat.

Le gouvernement se justifie pourtant en parlant d’amélioration de l’espérance de vie. Mais comment pouvez-vous prévoir qu’après 2020 l’espérance de vie sera encore en augmentation ? Déjà cette espérance s’est stabilisée, cependant que l’espérance de vie en bonne santé a commencé à régresser et se situe désormais entre 61 et 62 ans. Faudra-t-il donc attendre d’avoir une santé dégradée pour pouvoir prendre sa retraite ? Rappelez-vous les décisions de réduction du temps de travail durant le 20e siècle. Elles ont été pour beaucoup dans l’augmentation de l’espérance de vie. Une bonne orientation pour l’emploi et la santé, ce serait que beaucoup plus de personnes puissent travailler et dans des conditions meilleures.

Le « compte pénibilité » dont le gouvernement se glorifie est en réalité insuffisant. La différence moyenne d’espérance de vie entre les cadres et les ouvriers est de 7 ans. Le compte pénibilité n’apporte que 2 ans, lesquels seront peu à peu absorbés par l’augmentation de la durée de cotisations, si une véritable réforme, sociale, ne vient pas inverser la tendance actuelle.

Ce n’est pas le vote majoritaire par l’Assemblée Nationale qui rendra la Loi de retraites plus juste ou plus légitime !

Cette Loi pénalisera davantage les femmes. Il est bien connu que ce sont surtout les femmes qui ont travaillé à temps partiel, qui ont eu des carrières de travail discontinues et incomplètes. Pourtant ce gouvernement va leur demander encore plus. Mais puisque vous annoncez, Mesdames et Monsieur les députés, des mesures de prise en compte des temps partiels et des congés de maternité, nous verrons ce que vont apporter effectivement les décrets d’application, tout en n’espérant pas que ces décrets neutraliseront les tendances injustes de la Loi.

Mme Errante écrit par rapport à l’évolution démographique « Si rien n’est fait, il y aura en 2050 un actif pour un retraité ». Venant d’une députée de gauche, une telle déclaration est décevante !

Cette affirmation copie celle de M. Raffarin, 1er Ministre, en 2003. Celui-ci était allé jusqu’à la diffuser dans des pages de communication gouvernementale dans tous les journaux. Cette prévision alarmiste a servi à faire croire à une évolution démographique très grave et a favorisé la mise en place de la « réforme » de août 2003. Cette Loi allait dans le sens de la régression des droits et n’apportait aucune solution au problème prétendu grave, puisqu’elle n’accordait aucun financement supplémentaire à la Sécurité sociale, et favorisait par contre des assurances privées.

En réalité, cette « prévision » était complètement FAUSSE. Jamais les chiffres de l’INSEE n’ont été aussi sombres. La prévision actuelle de l’INSEE pour 2060 est de 1,35 actif pour 1 retraité.

Nous constatons malheureusement que ce gouvernement, qui se dit de gauche, utilise les mêmes arguments faux et annonce des méthodes de réforme semblables, dont le résultat va être un mode de calcul des retraites encore plus défavorable.

Il est cependant clair que la tendance démographique est l’augmentation de la population de + de 60 ans. Une réponse sociale à cette situation devrait être l’augmentation proportionnelle de la part de P.I.B. consacrée aux retraités. Si l’on ne fait pas cela le revenu moyen des retraités ne peut que diminuer.

Par rapport à l’augmentation très modeste des cotisations, vous écrivez « Le Gouvernement a choisi de ne pas revoir les taux de CSG et les entreprises ne subiront pas d’alourdissement du coût du travail ». Les grands médias, bien zélés en faveur des grosses sociétés et du système économique actuel, disent et redisent qu’il faut « réduire le coût du travail » pour bien faire entrer cela dans la tête des gens. Alors que le travail apporte des richesses ! Sans travail les entreprises n’auraient pas de profit. Donc le principe des cotisations patronales est parfaitement justifié, malgré les plaintes renouvelées du Medef sur ses « charges sociales » qui correspondent au droit légal des travailleurs à un salaire socialisé et différé. Il est regrettable qu’un gouvernement, qui se dit socialiste et de gauche, rejoigne les exigences du monde capitaliste.

Un vrai problème, par contre, est le COÛT DU CAPITAL, ce dont les médias se gardent bien de parler. Pourtant le montant des dividendes a triplé en une dizaine d’années jusqu’à atteindre 9 % de la valeur ajoutée des entreprises. Ces dividendes croissants sont versés aux dépens des salaires, aux dépens des investissements. Ces dividendes ont désormais un montant bien plus élevé que les cotisations patronales, lesquelles ont été réduites par des exonérations successives, au détriment des revenus légitimes de l’État et donc des contribuables.

Nous ne comprenons pas que M. Ayrault, 1er Ministre, donne aux entreprises un cadeau au titre de la compétitivité de 20 milliards € par an. La compétitivité, présentée comme nécessaire, entraîne des limitations de salaires et des conditions de travail de plus en plus difficiles.

D’un côté M. Moscovici précise que ces 20 milliards seront attribués, sous la forme de crédit d’impôts, SANS CONTREPARTIE NI CONTRÔLE FISCAL. D’un autre côté, les salariés et la population subissent, malgré eux, des mesures antisociales, l’austérité budgétaire, des limitations de leur protection sociale. De plus il est annoncé une augmentation de la TVA qui rapportera 7 Md € à l’État. La TVA est l’impôt le plus injuste car non progressif, et s’appliquant aux produits et service de consommation courante. Le taux de 7 % passerait à 10 % ce qui aggraverait les efforts demandés à la population.

En résumé, la réforme soi-disant juste ne répond pas aux vrais problèmes sociaux. Si cette réforme prétend vraiment réduire les inégalités, elle ne va pas dans ce sens, et plusieurs de ses motivations officielles ne tiennent pas la route. Mais peut-être que cette réforme poursuit d’autres buts et qu’elle veut plutôt favoriser ou apaiser une minorité de personnes très influentes ?

Enfin vos courriers, Mesdames et Monsieur les députés, ne répondent pas à certaines de nos questions, notamment au rôle joué par l’Union Européenne pour inciter les gouvernements à des « réformes » dans le sens de la baisse des dépenses publiques et des libéralisations, en visant particulièrement la protection sociale. Nous précisons que, dans la structure Union Européenne, nous incluons les chefs d’États, notamment ceux des États les plus puissants, qui sont les premiers décideurs lors des Conseils Européens.

Nous souhaitons donc des réponses précises à cette lettre que nous avons voulu OUVERTE. Nous ne manquerons pas de publier votre réponse ou de faire connaître votre éventuelle absence de réponse.

Nous vous remercions de votre attention et vous prions d’agréer, Mesdames les Députées, Monsieur le Député, nos sincères salutations.

Pour Attac – Métropole lilloise,

Pour l’Union syndicale de retraités Solidaires :

André Delcroix

Lettre ouverte aux députés au sujet des Retraites
Lettre ouverte aux députés au sujet des Retraites

Partager cet article

Repost 0
Published by Attac Villeneuve d'Ascq - dans Politique
commenter cet article

commentaires

La médiathèque d'Attac

Une rubrique sur les lectures, films, musiques qui ont marqués les militants d'Attac Villeneuve d'Ascq

Thèmes